Feuille ou couperet ?

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de ces termes aux abords d’une boucherie-charcuterie ou encore lors d’une conversation sur la cuisine asiatique. Si c’est le cas, vous avez surement été interpellé et vous aimeriez connaitre la différence entre les deux. Alors sachez que la littérature sur internet est assez contradictoire sur le sujet. Personnellement, nous avons décidé de faire la distinction de cette manière :

La feuille est un outil majoritairement utilisé par les bouchers pour le travail sur les grosses pièces de viandes qui comportent des os de grosses sections. Afin de les couper, il est nécessaire d’avoir une lame épaisse et non fragile pour ne pas l’endommager. C’est la raison pour laquelle ces ustensiles sont particulièrement lourds et donc peu maniable.

Au contraire, un couperet est plutôt destiné au travail sur les légumes. Il est traditionnellement utilisé par les chefs Japonais qui font preuve d’une grande dextérité avec ces grandes lames acérées. Bien plus fin que la feuille, le couperet sera bien plus maniable également.

Les modèles que nous possédons

Feuille

Feuille Arcos : Ce modèle possède de nombreux avantages. Tout d’abord, sa taille, compromis idéal entre solidité et maniabilité. Cette feuille pèse 506g et donc vous pourrez vous en servir sans vous fatiguer. Sa construction avec une lame pleine soie accroit fortement sa résistance, vous permettant un usage sur de nombreuses années. Enfin son prix est raisonnable et le brillant de sa lame, du plus bel effet dans votre cuisine.

Feuille Bargoin

Ce modèle est davantage réservé aux professionnels. Il y a peu de chance qu’il vous soit utile chez vous pour concasser une carcasse de volaille. Pour ceci, le modèle précédent fera très bien l’affaire.

Ce que nous apprécions, c’est sa robustesse et la forme de sa lame, particulièrement esthétique. En revanche le manche devrait, selon nous, être retravaillé car il glisse dans la main ce qui est gênant pour les utilisations prolongées et encore davantage si les mains sont mouillées.

Couperet

Il existe une multitude de marque mais nous allons vous présenter 3 modèles que nous possédons.

Global : si vous avez déjà lu quelques-uns de nos articles, vous savez que c’est une marque que nous chérissons particulièrement. Le modèle en question est le G81 (aussi appelé en Japonais Nakiri). Son tranchant est rasoir, comme sait le faire la marque Japonaise et la tenue en main est vraiment agréable. On aime aussi sa hauteur de lame qui nous permet d’avoir un espace confortable entre les doigts et la planche à découper.

Les deux modèles suivants sont bien plus abordables et on peut se les procurer dans les magasins asiatiques.

Kiwi : Disponibles sous plusieurs formats, ce couteau est très agréable à utiliser. Son tranchant est redoutable et il est très facile à aiguiser car l’acier est plutôt tendre. En résulte donc une moyenne tenue du tranchant. Forcément, à ce tarif, il faut faire des compromis.

Couperet chinois inox : Nous n’avons pas trouvé de marque pour ce couperet. Entièrement en inox, il offre un très bon tranchant donc attention aux doigts. Il faut aussi de l’expérience avant d’utiliser ce type de lame qui présente une hauteur importante.

De plus, la lame présente très peu de courbures contrairement à de nombreux couteaux de chef traditionnels. Ainsi, le mouvement de balancier est fortement compromis. Ici, avec les couperets, il faudra davantage procéder à un mouvement de bas en haut de l’ensemble de la lame. C’est ce mouvement technique qui peut engendrer des blessures pour les non-initiés. Prudence donc et au départ, effectuez des mouvements lents pour ne pas vous blesser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *